Communiqué

Standard
Communiqué
Île de la Réunion, 24 août– Un requin blanc aurait été observé ces derniers jours à La Réunion .
Cette magnifique rencontre d’un grand requin qui aime les eaux froides n’étonne que ceux qui confondent Océan Indien et piscine chlorée .
L’Océan qui entoure notre île  est immense, sauvage,indomptable : depuis toujours ,les animaux qui l’habitent le sillonnent en tous sens.
L’Océan est un milieu ouvert : à la Réunion,  on n’observera jamais un lion sauvage dans son jardin , mais on a,juste devant la plage,  fait des rencontres aussi étonnantes qu’un requin blanc,une baleine bleue ou un éléphant de mer .
On rencontrera encore plus facilement des espèces tropicales: comme un requin tigre ou bouledogue venu de Madagascar , d’Afrique ou des Seychelles remplacer ceux qui auront été pêchés
.
A moins de vider l’Océan, les requins circuleront toujours
Cette rencontre rare avec un requin blanc rappelle donc surtout que les juteux programmes de pêche Cap Requin et Valo Requin et autres pêches étatisées ne seront jamais des programmes de sécurisation.
Au contraire, en attirant , par les appâts et les prises accessoires , les requins près des plages,  ils augmentent le risque pour les baigneurs et surfers.
Ces programme dangereux et fantaisistes n’ont reçu aucun soutien ou validation scientifique .Ils ne servent que des intérêts financiers particuliers et la carrière de certains fonctionnaires recyclés .
L’Etat et les collectivités en ont pourtant bien conscience : si la pêche apportait la moindre sécurisation, pourquoi installer des filets, des vigies , des répulsifs à coups de millions d’Euros  ?
Et pourquoi pêcher puisqu’on installe de coûteux filets de protection réputés infranchissables devant les plages ?il y a là une énorme contradiction qui fait honte à La France et honte à la Réunion : sans rien apporter à la sécurité collective , on détruit à grands frais une vie sauvage et libre,  pour le seul bénéfice matériel de quelques uns .
Jean Bernard Galves
Porte parole  du collectif des associations Sea Shepherd  Aspas, Sauvegarde des Requins, Vague, Tendua , Longitude 181, fondation Brigitte Bardot, Requin Integration

Communiqué de presse

Standard
Communiqué de presse

Communiqué

Nous présentons à la victime de l’accident de St Leu nos vœux de prompt rétablissement.

Il est temps d’admettre que nous sommes devant une situation à laquelle personne n’a de réponse et d’en tirer les conclusions qui s’imposent en matière de sécurité ; la mer est et restera un milieu naturel avec ses risques et il faut les accepter ou s’abstenir d’y aller Nous déplorons les recettes criminelles des vendeurs d’illusions: il n’y a jamais eu autant d’accidents que depuis qu’on se livre à une pêche intense sous prétexte de sécurisation.

Les appâts attirent les requins près des côtes et seuls ceux qui y trouvent un intérêt financier ou les fonctionnaires qui veulent faire carrière disent le contraire.

Ces soi-disant mesures de sécurité fort lucratives pour ceux qui les préconisent et les mettent en place ne font qu’inciter  les gens à violer les interdictions.

Nous ne doutons pas que comme à l’accoutumée, Monsieur le Bianic, viendra justifier de la mise en place d’une nouvelle opération de représailles.

Monsieur le Préfet, il est temps d’arrêter ces programmes criminels qui n’ont aucun fondement ni approbation scientifiques et qui ne sont portés que par leurs bénéficiaires.
Le collectif des associations Sea shepherd, Aspas, Longitude 181 , fondation Brigitte Bardot , Sauvegarde des requins , Tendua , Vague , Requin intégration

Cap requins :un pillage subventionné des eaux côtières réunionnaises

Standard

Le programme Cap Requins qui a récemment défrayé la chronique judiciaire par sa totale opacité,  se trouve au cœur d’un nouveau scandale financier et environnemental :Un véritable pillage des eaux côtières réunionnaises par des pêcheurs subventionnés
Sous prétexte de pêche au requin, ces pêcheurs utilisent en masse des hameçons sous dimensionnés ,sur des palangres de dizaines d’hameçons ,  tout prés  des côtes de la Réunion et  revendent le poisson attrapé  

Vous trouverez en photo jointe un comparatif d’échelle entre les hameçons utilisés à La Réunion et ceux utilisés en Australie occidentale…où la pêche au requins a ensuite été abandonnée, considérée comme dangereuse pour la faune et inefficace en termes de sécurisation .

Avec des hameçons plus petits, placés en palangres de dizaines d’hameçons , plus prés des côtes ,sur le très étroit plateau qui entoure la Réunion, il n’est pas nécessaire d »être scientifique pour imaginer l’impact encore plus destructeur de la méthode autour d’une ile minuscule comme la Réunion
Le programme Cap requin est de plus subventionné d’une façon qui fait craindre un détournement de l’objectif d’utilisation des fonds européens pour la pêche vers un projet de prétendue sécurisation relevant alors de l’Etat et celà dans une totale opacité .Les avocats de Sea Shepherd, viennent , à l’instar de Monsieur Derand , de faire à l’Etat une demande de documents.

Vous trouverez également joint des photos du premier ministre australien présentant les hameçons à requins utilisés là bas …Il est facile à tous de les comparer à ceux visibles sur les nombreuses vidéos locales
 Le collectif des associations Sea Shepherd, Aspas , fondation Brigitte Bardot,Longitude 181, Sauvegarde des requins, Tendua , Vague , Requin Intégration 

CommuniquéCap requins :un pillage subventionné des eaux côtières réunionnaises

Après l’échec mal dissimulé de son programme drum-line , le comité régional des pêches a lancé, toujours dans une totale opacité, un nouveau programme de palangres qui n’a été évalué par aucun comité scientifique, ni présenté à quiconque.Ce programme cache un véritable pillages des eaux côtières réunionnaises
Cinq pêcheurs, parmi lesquels le propre frère du président du comité régional des pêches, se sont vus attribuer la manne financière de ce programme « palangres»
Comme apparemment cet argent  ne suffisait pas à leur appétit, ils sont autorisés à conserver et vendre les « prises accessoires, » c’est-à-dire tous les poissons comestibles qu’ils attraperont.
Les palangres ne sont  pas munies d’hameçons spécifiques à requins mais d’hameçons assez petits pour attraper n’importe quel cabot, carangue ou  vivaneau de plus de 2 kg.
Ce sont maintenant des palangres de dizaines d’hameçons appâtés, capables d’attraper à peu près n’importe quoi, qui vont être placées sans contrôle, tout près des plages, de la réserve, des récifs .
On va non seulement augmenter le danger pour les surfeurs et baigneurs, en attirant les requins encore plus prés, mais on va aussi piller de tous ses poissons revendables la minuscule bande côtière où se concentre toute la vie marine de la Réunion.
En dehors des quelques bénéficiaires subventionnés, c’est toute la petite pêche côtière réunionnaise, de loisirs ou professionnelle, qui est menacée par ce programme.
Cette pêche intensive aura aussi un impact sur des activités comme la plongée, la chasse sous-marine, et même sur la richesse et l’efficacité de la réserve marine.
Se pose aussi la question d’une forme de concurrence déloyale vis-à-vis des autres pêcheurs : des pêcheurs subventionnés pillent la ressource commune et peuvent vendre leurs prises en-dessous de leur prix de revient à quelques privilégiés.
Si, de plus, des fonds européens dédiés à la pêche étaient utilisés pour un programme qui relèverait du rôle de l’État et de la sécurisation, l’affaire pourrait être très grave et digne d’une république bananière.
Nous attendons donc de Monsieur le Préfet, comme il s’y était engagé, que soient rendus publics tous les documents et conventions signés entre l’Etat qu’il représente, et le Comité Régional des Pêches Maritimes ainsi que tous les documents se rapportant à ces programmes.
Le collectif des associations Sea shepherd, Aspas , fondation Brigitte Bardot,Longitude 181, Sauvegarde des requins, Tendua , Vague , requin Intégration 

web

Comparatif d'échelle entre les hameçons utilisés à La Réunion et ceux utilisés en Australie occidentale

Comparatif d’échelle entre les hameçons utilisés à La Réunion et ceux utilisés en Australie occidentale

Hameçons utilisés en Australie lors de leur campagne destructrice puis ensuite abandonnée

Hameçons utilisés en Australie lors de leur campagne destructrice puis ensuite abandonnée

« Opacité chronique », ép.2 : CapRequin : mais que cachent la préfecture et le comité des pêches ?

Standard

« Nan ! Je l’dirai pas, na ! ». Voilà en gros la réponse du secrétaire du comité des pêches (CRPMEM) – soutenu par la préfecture – au juge du tribunal administratif éberlué qui lui demandait les noms des heureux élus du marché public de CapRequin 2.

Saisi récemment par un pêcheur professionnel indépendant, le tribunal administratif n’a pu obtenir de leur part qu’un refus obstiné. Certains privilégiés dudit comité sont visiblement très protégés….Mais pourquoi donc ? Et qu’ont donc à cacher la préfecture et le comité des pêches dans cette sombre histoire ?

Car ne croyez pas qu’il s’agisse là d’une exception. Non : l’opacité est désormais la règle dans le dossier « requins », financé par le contribuable, et devenu éminemment rentable pour le comité des pêches et pour ses protégés.

De notre côté, nous avons tenté à plusieurs reprises d’obtenir les conventions liant le comité des pêches et certains pêcheurs privés. La préfecture nous a toujours opposé une fin de non recevoir, prétextant que ces documents ne seraient pas communicables au public (réponse du préfet en date du 13/03/14). Ce qui est parfaitement faux.

Nous avons du par conséquent saisir la commission d’accès aux documents administratifs (CADA) à Paris, laquelle rendait officiellement l’avis suivant (n° 20140704) le 27/03/14 :

« S’agissant des conventions qui seraient signées entre le CRPMEM et des personnes privées, la commission rappelle, ainsi qu’elle l’a fait dans un précédent avis (n° 20102171 du 3 juin 2010), que le CRPMEM, comme les autres comités qui constituent l’organisation interprofessionnelle des pêches maritimes et des élevages marins, est un organisme privé chargé de missions de service public.

Elle estime, par suite, que si elles se rattachent aux missions de service public dont il a la charge, ou si elles constituent des contrats administratifs, les conventions sont, une fois signées, des documents administratifs (…) » librement communicables au public.

« La commission émet donc, sur ce point, un avis favorable, et rappelle qu’il appartient au préfet de la Réunion, en application du quatrième alinéa de l’article 2 de la loi du 17 juillet 1978, de transmettre la demande de communication, accompagnée du présent avis, à l’autorité administrative susceptible de les détenir et d’en aviser le demandeur ».

La préfecture et le comité des pêches ont donc obligation de libérer l’accès à ces documents. Pourtant ils n’ont jamais obtempéré aux injonctions de la CADA, que nous avons du saisir à nouveau le 15/06/15.

Dans ce très sensible dossier « requins », la quantité d’argent en jeu – celui du contribuable – et les ambitions de carrière de certains fonctionnaires (le futur observatoire des requins) sont devenus trop importants : on ne peut décemment pas laisser le public se mêler de tout ça…..

Certes, mais la préfecture et le comité des pêches seraient-ils au dessus des lois ?

Didier DERAND (Fondation Brigitte BARDOT, Association VAGUES)

pressepresse 2

Episode 1 :

Île de la Réunion : opacité chronique de l’Etat en matière d’info requins

‪Shark Weeks : #‎TagTonRequin‬

Standard

shark weeks

L’association Sauvegarde des Requins soutient l’aquarium SeaLife pour ces 3 semaines consacrées à la sensibilisation des enfants et adultes à la protection des océans et des requins.

SeaLife souhaite pérenniser leur démarche d’information et de sensibilisation à la sauvegarde des requins, C’est dans ce cadre que notre association collabore avec cet aquarium.

Différentes activités sont proposées, des livrets de sensibilisation pour petits et grands sont à disposition.

Retrouvez l’exposition photos de notre association et assistez aux 2 conférences proposées :

Conférences sur la sauvegarde des requins :

-« Quelles menaces pèsent sur les requins? » avec Sauvegarde des Requins

– « Ile de La Réunion, du drame à l’arzent requin » avec Longitude 181

Retrouvez l’ensemble du programme sur SeaLife

@sealife Sauvegarde des requins

Île de la Réunion : opacité chronique de l’Etat en matière d’info requins

Standard

Allo, y’a quelqu’un?

L’Etat avait indiqué que la transparence serait de mise dans cette « crise » requin, or depuis le début, les informations sont données au compte-gouttes et filtrées. Pour rappel, le programme CapRequins aussi financé par l’argent public reste tout aussi opaque : factures? prises accessoires?… Autres exemples : les courriers du collectif d’associations restent sans réponse. Ci-dessous, les derniers courriers envoyés, toujours en attente de réponse :

Courrier début juin

Monsieur le Préfet

Je viens vers vous à propos de la représentation des associations de notre collectif dans les différentes instances et en particulier au CO4R. Depuis les premières réunions du C04R, nous ne disposons que d’une seule place de représentation pour la dizaine  d’associations environnementales parties prenantes de notre collectif, dont certaines sont d’envergure internationale. Régulièrement, alors que nous demandons la possibilité de venir avec un autre représentant, il nous est est ergoté tandis que les associations défendant les thèses opposées et prônant la pêche au requin sont représentées  chacune par au moins un représentant, ou des sympathisants qui adaptent leur casquette aux circonstances.

Nous avons clairement le sentiment d’etre délibérément marginalisés, et que cette obstruction tient au parti pris de certains rouages importants de l’Etat pour les thèses opposées aux nôtres, thèses qui sont de plus rejetées par la majorité des Réunionnais et qui n’ont, pour la plupart, pas le soutien de la communauté scientifique.  Du fait des menaces qui pesaient sur nos représentants, nous nous sommes un temps accommodés de cette situation qui ne peut plus durer .  Nous entendons désormais que les associations de notre collectif  trouvent leur juste place dans ce débat.  Nous demandons donc à Monsieur le Préfet que, dés le prochain CO4R, l’association Sea Shepherd soit directement représentée par M. Nikolaeff et la Fondation Bardot par Monsieur Derand

Veuillez agréer , Monsieur le préfet , l’assurance de notre respectueuse considération

Dr Jean Bernard Galvès, porte parole des associations Sea Shepherd, Fondation Brigitte Bardot, Aspas, longitude 181, Sauvegarde des requins, Vagues, Tendua , Requin  Integration

Courrier du 11 mai 2015

Monsieur le Préfet,

Vous le savez, dans le cadre du dossier requins, j’ai déjà saisi par trois fois – en octobre 2012, juillet 2013 et février 2014 – la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) pour des documents administratifs que vos services m’avaient refusés.

J’ai, à chaque fois, obtenu gain de cause (cf. ses deux avis en PJ 1 et 4).

Je reviens vers vous ce jour pour une nouvelle demande en espérant que vos services sauront faire preuve cette fois d’un minimum de transparence.

Le cas échéant je n’hésiterais pas à saisir à nouveau la CADA, à laquelle je prends soin toutefois de faire copie de la présente (à titre d’information).

Certains des documents demandés sont abordés dans le rapport du CO4R du 10/07/14 (PJ 6).

Je rappelle également que j’avais déjà demandé par courrier du 29/07/13 les informations relatives aux programmes CapRequin et ciguatera 2.

Vous m’aviez répondu à l’époque (PJ 2) qu’ils étaient en cours de finalisation et que vos services reviendraient vers moi dès qu’ils auraient été validés.

Dans votre 2ème réponse en date du 13/03/14 (PJ 3), vous m’affirmiez :

que le protocole du projet CapRequin n’existait pas au motif qu’il était encore expérimental et s’appuyait sur une étude de faisabilité d’une durée de six mois rédigée par le CRPMEM en sa qualité de maître d’œuvre de l’opération.

« que les conventions signées entre le CRPMEM et les prestataires privés qu’ils mandatent ne peuvent être communiquées par l’administration qui – au demeurant – n’en dispose pas ».

Au jour d’aujourd’hui le programme CapRequin est depuis longtemps entré dans sa phase active puisque son 1er volet est terminé, son volet intermédiaire « 1.2 » également, et que nous en sommes actuellement – depuis le 1er octobre 2014 – à CapRequin 2 (cf. PJ 6, page 4)…..

Par ailleurs deux semaines plus tard, dans son avis du 27/03/14 (PJ 4) la CADA :

vous signifiait son désaccord quant à votre refus de me communiquer les conventions signées entre le CRPMEM et les prestataires privés,

vous rappelait son précédent conseil du 3/06/10 en la matière (PJ 5),

vous enjoignait de transmettre ma demande, accompagnée de l’avis de la CADA, à l’autorité administrative susceptible de les détenir et de m’en aviser.

Ce qui n’a jamais été fait, bien entendu….

Etant donné que la CADA a déjà tranché en la matière, je vous demande donc cette fois-ci l’ensemble des conventions signées entre le CRPMEM et les prestataires privés qu’il a mandatés depuis le début de la crise requins en février 2011 et notamment dans le cadre des programmes Ciguatera, CapRequin et Valorequin (Thierry GAZZO, Christophe PERRY, association PRR, etc….. : liste non exhaustive).

La liste complète des informations et documents administratifs sollicités dans le cadre de la présente demande est décrite ci-dessous.

A suivre…

En Indonésie, la chasse aux requins est un business juteux

Standard

Bien que certains squales soient protégés, les chasseurs indonésiens pratiquent une chasse intense. Les ailerons de requins valent en effet une fortune.

Reportage de France 2
http://api.dmcloud.net/player/embed/4e7343f894a6f677b10006b4/556cb08406361d5c6cc8c4b7/f95a10bda83c4f39ae1ebac0ed7a6af4?exported=1 » target= »_blank »>ARTICLESur l’île de Lombok, en Indonésie, la chasse aux requins est une activité intense. Et pour cause, le requin est une marchandise très prisée car très rentable. Un pêcheur touche 1 million de roupies par squale pêché, soit un peu moins de 100 euros. En Indonésie, c’est une somme très importante.

L’aileron, un produit de luxe exporté en Chine

Chaque année, 110 000 tonnes sont pêchées en Indonésie, premier pays chasseur de requins au monde. Suhadang, négociant, explique à France 2 : « La viande peut valoir 1,50 euro par kilo. La peau peut être utilisée une fois séchée. Son prix est de 10 euros par kilo. Les ailerons, c’est ce qui vaut le plus cher. » En effet, le kilo d’ailerons vaut 270 euros, plus que le salaire mensuel d’un policier.

Les ailerons sont presque tous exportés en Chine, où ils sont considérés comme un produit de luxe aux vertus thérapeutiques. À cause de cette croyance infondée, plusieurs espèces de requin sont menacées d’extinction.