L’Inde interdit le finning pour protéger des espèces

Par défaut

A worker collects pieces of shark fins dried on the rooftop of a factory building in Hong Kong on January 3, 2013. File Photo

Un travailleur collecte les ailerons de requins séchés sur le toit d’un bâtiment de l’usine à Hong Kong le 3 Janvier 2013

Traduction de l’article : India bans shark ‘finning’ to protect species (26 août 2013)

L’Inde a interdit la pêche des requins uniquement pour leurs ailerons dans un mouvement visant à protéger les espèces menacées.

La pratique du shark  » finning « , ou à couper les nageoires des requins puis les jeter à la mer et les laisser mourir lentement de faim ou de l’impossibilité de se déplacer, a explosé dans le monde entier en raison de la demande en Chine, où la soupe d’ailerons de requin est considéré comme un mets de choix.

L’Inde énumère plusieurs dizaines d’espèces de requins dans ses eaux en voie de disparition, dont les marteaux, les requins à grandes ailes et les requins -baleine.

En vertu de la nouvelle politique du ministère de l’Environnement, annoncé lundi, les pêcheurs pris avec des ailerons seuls risquent jusqu’à sept ans de prison pour la pêche d’espèces en voie de disparition.

Dans le monde, les populations des requins sont en forte baisse, avec certaines espèces qui représentent aujourd’hui que dix pour cent de ce qu’elles étaient il y a trois décennies. Leur disparition menace la santé des écosystèmes océaniques, disent les experts, ces grands prédateurs sont essentiels pour maintenir l’équilibre des populations de poissons et de tortues. Des dizaines de millions sont capturés chaque année.

La croissance du finning pour alimenter le marché chinois a posé une menace majeure pour les requins.

L’Inde est le deuxième plus grand pays du monde dans la capture des requins derrière l’Indonésie, les deux pays représentant à eux seuls 20 pour cent des captures de requins chaque année, selon un rapport publié par l’agence TRAFFIC. (Voir article)

La plupart des pêcheurs indiens capturent des requins principalement pour la nourriture, mais ils exportent aussi les ailerons à l’étranger. Les ailerons doivent dorénavant être enlevés une fois que les requins sont à terre.

L’année dernière, les pêcheurs indiens ont exporté pour 4,8 millions de dollars d’ailerons de requins en Chine, un chiffre en baisse puisqu’il représente moins de la moitié des 11,3 millions de dollars en 2010, malgré une demande soutenue.

«Les pêcheurs disent que le nombre de requins qu’ils ont été en mesure d’attraper a réellement baissé « , a déclaré C. Samyukta de Humane Society International.

Les écologistes ont applaudi la décision du ministère comme la clé pour mettre fin à une pratique cruelle qui menace de pousser certaines populations de requins au bord de l’extinction.

«Compte tenu de la situation périlleuse de nombreuses espèces de requins , nous exhortons les gouvernements des États à agir rapidement et à travailler pour faire appliquer la politique « , a déclaré Belinda Wright, de la Société de protection de la faune de l’Inde (Wildlife Protection Society of India).