Le Costa Rica utilise INTERPOL pour avertir d’une nouvelle pratique illégale de « Finning »

Par défaut

Purple-Notice-shark-finning-1

Communiqué de presse, INTERPOL, 6 novembre 2013

LYON , France – Une alerte concernant une méthode de prélèvement des ailerons de requin visant à éviter la détection des pratiques illégales a été distribuée aux 190 pays membres d’INTERPOL après qu’un cas a été identifié par les autorités du Costa Rica.

Cette nouvelle pratique consiste à conserver une seule bande de peau pour garder la nageoire attachée à la colonne vertébrale et à rejeter le reste du corps à la mer. Cette méthode vise à contourner la législation interdisant le finning qui stipule que les ailerons du requin doivent être «naturellement attachés » à l’organisme.

San José Gustavo Chinchilla, responsable du BCN d’Interpol a déclaré: « C’est une occasion pour encourager d’autres pays membres à  partager les types de modes opératoires considérés comme crimes contre l’environnement, afin d’alerter les autorités. Je crois fermement que la coopération et l’utilisation des outils d’INTERPOL, nous permettent d’offrir une réponse plus coordonnée et plus efficace pour résoudre les problèmes de la pêche ».

 » C’est maintenant le deuxième avis Violet émis en relation avec la criminalité de la pêche, et nous espérons que cela encouragera d’autres pays membres à faire un usage accru des notices Interpol pour lutter contre tous les types de crimes contre l’environnement « , a ajouté M. Higgins, directeur de l’unité de sécurité de l’environnement d’INTERPOL.

Purple-Notice-shark-finning-3

Le Costa Rica a demandé à Interpol d’émettre un « avis Violet » pour avertir les autres pays membres de l’apparition d’une nouvelle méthode illégale d’enlèvement des nageoires de requin.

Purple-Notice-shark-finning-4

La méthode vise à contourner la législation interdisant la pratique du finning qui stipule que les ailerons du requin doivent être «naturellement attachés» à l’organisme.

Purple-Notice-shark-finning-home-page

L’avis Violet a été publiée sous l’égide du programme Scale d’INTERPOL, une initiative mondiale visant à détecter, réprimer et combattre la criminalité de la pêche qui  coûterait à l’économie mondiale jusqu’à 23 milliards de dollars chaque année, et qui est liée à d’autres formes de criminalité organisée et transnationale y compris la corruption, le blanchiment d’argent, la fraude, la traite des êtres humains et le trafic de drogue. Ce programme a été lancé en Février 2013 et est financé par le ministère norvégien des Affaires étrangères, le Département d’État et les Pew Charitable Trusts US .

Source : INTERPOL