L’année 2013 et la protection des requins : les faits les plus marquants

Par défaut

545300_197552087036349_16948231_n

Les bonnes nouvelles :

1) En mars : 16ème conférence des parties : Convention sur le commerce international des espèces menacées

Le requin Taupe Commun, le requin Océanique, les requins-marteaux, les Raies Manta sont inscrits à l’annexe II de la Cites et le poisson scie (Pristis microdon) à l’annexe I. (Délai d’application : 18 mois, septembre 2014)

Annexe II : Les espèces inscrites à cette annexe ne sont actuellement pas menacées d’extinction mais pourraient le devenir si leur commerce n’est pas contrôlé. Cette annexe permet de réglementer leur commerce dans le monde.

En savoir plus : Accord international pour protéger quatre espèces de requins menacées

2) En juin : L’interdiction de la découpe des ailerons de requin par l’Union Européenne est validée par le conseil des ministres européens

Après 10 ans de combat, la pratique du finning est enfin totalement interdite en Europe : les nageoires doivent être naturellement attachées pour tous les requins débarqués au port.

En 2003, le règlement de l’UE interdit le finning mais il permet des dérogations (régulièrement utilisées par l’Espagne et le Portugal)

Novembre 2012 : Vote du Parlement européen en faveur de la correction des failles du règlement de 2003

Juin 2013 : L’interdiction du finning est validée par le conseil des ministres européens

3) L’Inde interdit le finning pour protéger des espèces

L’Inde est le deuxième plus grand pays du monde dans la capture des requins derrière l’Indonésie, les deux pays représentant à eux seuls 20 pour cent des captures de requins chaque année.

En savoir plus : L’Inde interdit le finning pour protéger des espèces

4) Le gouvernement de Hong Kong a annoncé qu’il ne servirait plus d’ailerons de requin et de thon rouge aux réceptions officielles

En savoir plus : Hong Kong: plus d’ailerons de requin aux dîners officiels

Les mauvaises nouvelles :

1) Cinq pays rejettent la nouvelle réglementation internationale sur le commerce des requins

Le Danemark au nom du Groenland (requin taupe), le Guyana ( les 5 espèces de requins et les raies manta), le Japon ( les 5 espèces de requins), l’Islande (le requin-taupe commun) et le Yémen (requins-marteaux) ont émis des réserves spécifiques.

En savoir plus : Cinq pays rejettent la nouvelle réglementation internationale sur le commerce des requins

2) Une nouvelle étude indique qu’entre 63 et 273 millions de requins sont tués chaque année, avec une moyenne de 100 millions de requins/an

« C’est de loin l’estimation la plus complète sur la mortalité des requins, parce que nous considérons toutes les sources de mortalité, de la pêche directe, l’enlèvement des nageoires (finning), et les rejets. L’estimation a été obtenue en prenant en compte près de 100 publications sur les captures et la mortalité des requins. » Propos de Boris Worm, biologiste marin à l’Université Dalhousie à Halifax, en Nouvelle-Écosse, et auteur principal de l’étude.

En savoir plus : Entre 63 et 273 millions de requins sont tués chaque année

3) Les requins de la Méditerranée et de la mer Noire sont menacés d’extinction selon une étude de la FAO

Une étude montre qu’en mer Méditerranée, le nombre et le poids vif de requins ont chuté de plus de 97 pour cent au cours des 200 dernières années. Si la pression de pêche ne se relâche pas, ces grands poissons risquent l’extinction, affirme l’étude.

En savoir plus : Les requins de la Méditerranée et de la mer Noire menacés d’extinction

4) Nouvelle pratique de finning découverte par le Costa Rica

Cette nouvelle pratique consiste à conserver une seule bande de peau pour garder la nageoire attachée à la colonne vertébrale et à rejeter le reste du corps à la mer. Cette méthode vise à contourner la législation interdisant le finning qui stipule que les ailerons du requin doivent être «naturellement attachés » à l’organisme.

En savoir plus : Le Costa Rica utilise INTERPOL pour avertir d’une nouvelle pratique illégale de « Finning »

Les commentaires sont fermés.