Pékin interdit la chasse et le commerce de 420 espèces animales menacées d’extinction

Par défaut

9c9f01_0aa25d48211f08bea8fd1bd6e41f8578

Source : http://www.asianews.it/news-en/Beijing-bans-the-hunting-and-trading-of-420-animal-species-at-risk-of-extinction-30916.html

Traduction :

 (25 avril 2014) Après des années de demandes de la communauté internationale, Beijing reconnaît cette pratique comme une «menace mondiale». Il s’agit des pandas, des rhinocéros, des pangolins et des requins : utilisés dans la médecine traditionnelle ou considérés comme des « plaisirs » ces animaux sont en danger de disparition. Les sanctions pour violation de la nouvelle loi sont de 3 à 10 ans de prison.

Pékin (AsiaNews) – Manger ou chasser des animaux rares pour la nourriture est maintenant une infraction pénale en Chine. Le gouvernement a approuvé une modification au Code criminel, qui définit de 3 à 10 ans de prison pour ceux qui «mangent ou commercialisent en connaissance de cause «, la viande des 420 espèces actuellement en danger sur l’ensemble du territoire chinois. Cela comprend les pandas géants, les cercopithèques dorés, les ours noirs d’Asie et les pangolins. Les ailerons de requin et les cornes de rhinocéros, des éléments clés dans la médecine traditionnelle chinoise ont également été interdits.

(Note de Sauvegarde des requins : en attente de confirmation pour la phrase citant les ailerons de requin et les cornes de rhino « Shark fins and rhino horns, key elements in traditional Chinese medicine have also been banned. ». A l’heure actuelle, seul cet article précise ce point)

La décision a été prise ce matin par le Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale, qui représente le parlement national. Après des années de demandes de la communauté internationale, le Comité permanent a défini la chasse des espèces en voie de disparition comme une « menace mondiale ». En outre, la Commission a  » blâmé  » les consommateurs asiatiques fortunés qui, grâce à un volume élevé de liquidités, fomentent le commerce d’animaux rares à des fins personnelles.

Dans la tradition asiatique, certaines races sont associées au bien-être et à la vigueur. La soupe de tortue géante assure une longue durée de vie, la patte de l’ours aide à la sexualité, et la poudre de corne de rhinocéros est utilisée pour guérir la fièvre, l’épilepsie, le paludisme, les intoxications et les abcès. Compte tenu de ces croyances, la chasse et le commerce de ces animaux sont des activités très populaires. L’agence de nouvelles Xinhua affirme que  » jusqu’à présent, ceux qui étaient impliqués dans ces pratiques restaient impunis ».

Hong Kong: plus d’ailerons de requin aux dîners officiels

Une réponse