Les programmes mis en place à La Réunion face à la « crise requin » : décryptage

Par défaut

I) Le contexte

La Réunion a connu sur 3 ans un nombre d’attaques de requin auquel elle n’était pas habituée. L’inexpérience de la France face à ce type d’événements a engendré « la crise requin » et son lot de décisions bonnes et mauvaises (surtout mauvaises).

Les attaques sur l'île depuis 1972

Les attaques sur l’île depuis 1972

Les attaques mortelles dans le monde depuis 2004

Les attaques mortelles dans le monde depuis 2004

63 décès au total dans le monde sur 10 ans, soit une moyenne de 6,3/an.

Tour d’horizon de ces différentes décisions.

II) Les principaux programmes

2012

Etude CHARC (Connaissances de l’écologie et de l’HAbitat de 2 espèces de Requins Côtiers)

Comité Réunionnais de Réduction du Risque Requins (C4R)

Réévaluation du risque Ciguatera Phase 1

Dispositif post-attaque : Opérations de capture de requins dans un espace et sur une période limités en cas d’attaques.

Vigies-requins

2013

Filets anti-requins

Réévaluation du risque Ciguatera Phase 2

Interdictions des activités nautiques : depuis août 2013, renouvelé  jusqu’au 15 septembre 2014 (en savoir plus : ici )

Site internet « info Requin », accessible depuis le 1er octobre : http://www.info-requin.re/

2014

Filets anti-requins

CapRequins

Etude sociologique « Mieux connaître pour mieux gérer » sur les perceptions des usagers de la mer du risque requin. Début : janvier 2014, durée : 1 an

Dispositif « vigies-requins  renforcées »

III) Décryptage

Etude CHARC (Connaissances de l’écologie et de l’HAbitat de 2 espèces de Requins Côtiers)

Financement : Conseil Régional, Etat, FEDER (Fonds Européen de Développement Régional)

Durée : 30 mois. Débuté en octobre 2011

Objectif : Définir les caractéristiques et la dimension des habitats des requins Tigre et Bouledogue

Mise en œuvre : L’IRD (Institut de Recherche pour le Développement)

1er résultats : Marquage de 80 requins : 38 bouledogues et 42 tigres.

Octobre 2013 : « La présence des requins Tigre et Bouledogue sur les côtes de la Réunion sont saisonnières avec davantage de requins marqués détectés l’hiver que l’été et des pics de présence dans certaines zones au cours des périodes de transition (hiver-été ou été-hiver). »  «  Certains sites autour de l’île pourraient être soit des zones de repos, soit des zones de reproduction »

Comité Réunionnais de Réduction du Risque Requins (C4R)

Date : Crée le 1er février 2012

Objectif : Offrir un cadre approprié de dialogue et de concertation sur la réduction du risque requin à la Réunion.

Les acteurs : Les services de l’état, les représentants des services de secours, les représentants des collectivités territoriales, les représentants des usagers de la mer, la communauté scientifique, les associations…

Réévaluation du risque Ciguatera

o   Phase 1 : Débuté en Septembre 2012, 24 requins péchés

Objectif : « Afin de permettre une éventuelle reprise de la commercialisation des requins tigres et bouledogues, espèces non protégées, il a été décidé d’engager en août 2012 une campagne de prélèvements visant à mesurer la présence éventuelle de biotoxines marines dans la chair de ces squales. » (info-requin.re)

o   Phase 2 (Protocole du CRPMEM)

Début : Novembre 2013 via CapRequins, en cours de lancement pour le programme spécifique « Ciguatera »

Pilotage : Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins

Analyse : ARVAM

Budget : 260 000€ financé par l’Etat. Détails : Défraiement des pêcheurs : 4€ le kg dans la limite de 900€/prise. Défraiement en cas d’absences de captures : 50€/heure (6H max et 20 000€ max sur la durée du programme)

Cibles : Requins Bouledogue et Tigre en pêche ciblée (44 bouledogues et 44 tigres), 10 carangues bleues collectées de manière opportuniste auprès des pêcheurs.

Objectif :

*Réévaluer le risque pour la sécurité sanitaires des aliments de certaines espèces de poissons avant d’entrevoir l’éventuelle levée d’interdiction de leur commercialisation sur le marché réunionnais (présence de carchatoxine, de métaux lourds, etc…).

*Recueillir un maximum d’informations sur les 2 espèces de requins pouvant servir à l’étude CHARC (contenus stomacaux, maturation sexuelles et reproduction, répartition, etc…)

Mise à jour juillet 2014 : « L’étude Ciguatera 2 a été renommée VALO requin car les analyses vont être menées au-delà de la seule commercialisation à des fins alimentaires, pour étudier d’autres potentialités de valorisation des squales comme la pet food, l’artisanat… », explique Ludovic Courtois (CRPMEM Réunion). »

L’Etat souhaite donc ouvrir de nouveaux marchés pour écouler les futures captures!!

La ciguatera : « Intoxication alimentaire résulte de la consommation de poissons ou de bénitiers contaminés par des toxines marines, les ciguatoxines, produites par une algue microscopique (Gamberdiscus spp) . Comme de nombreuses toxines, celles-ci s’accumulent dans les organismes et leur concentration augmente au fur et à mesure des échelons de la chaîne alimentaire. » (IRD)

« Une réglementation locale spécifique existe depuis 1966 et évolue  régulièrement en fonction de l’état des connaissances, de la situation épidémiologique locale et régionale. Une révision majeure a été entreprise en 1999, afin de prendre en compte la situation épidémiologique à Madagascar où de nouvelles formes d’intoxications sévères mettant en cause des toxines d’origine méconnue ont été observées (clupéotoxisme, intoxication par certaines sardines et carchatoxisme, par certains requins) (Champetier et al. 1997). L’arrêté préfectoral intègre ainsi les espèces de sardines et de requins les plus souvent mis en cause dans ces formes d’intoxications. » (Bulletin épidémiologique 2013)

Comprendre la Ciguatera et les Intoxications par Consommation d’Animaux Marins (ICAM) = brochure de l’IRVAM (Agence pour la Recherche et la VAlorisation Marines) Vous pouvez télécharger la brochure dans son intégralité : ici )

 Diapositive3

Note de Sauvegarde des requins

Où est le principe de précaution si l’Etat décide de la commercialisation de ces espèces ?

Si la commercialisation de ces 2 espèces a été interdite dès 1999, la pêche quant à elle est toujours présente sur l’île

Se concentrer sur l’échantillonnage dans les eaux de la Réunion pour prendre une telle décision, c’est oublier volontairement ce qui se passe chez nos voisins (Madagascar). De plus, c’est partir du principe que les requins sont sédentaires or aujourd’hui, aucune étude ne le confirme. Le programme Charc  indique le contraire dans ses 1ers résultats.

Cette étude n’aurait d’intérêt que si elle concernait l’ensemble des espèces (dont coraux, algues…) incriminées dans cette intoxication et devrait s’étendre sur l’ensemble des territoires touchés.

De plus, les autorités ont signalé à plusieurs reprises que ces prélèvements s’intégraient une politique de régulation des Tigres et Bouledogues

Vigies-requins « renforcées »

Financement : Conseil régional (85%), DJSCS (Direction de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de la Réunion)

Début : janv 2014, durée estimée : 3 mois

Objectif : Évaluation du dispositif sous contrôle scientifique pour en mesurer l’impact au plan opérationnel et les éventuelles limites (expositions des vigies et des pratiquants au risque)

Résultats : rapport d’évaluation juin 2014

Acteurs : Ligue de surf en collaboration avec l’IRD

Mise en œuvre : Roches Noires, environ 300 mètres du rivage. Carré de 30 m de côtés délimité par des corps morts équipés de caméras. Attractant auditif : boîtier qui émet des sons similaires à ceux des carangues. Attractif olfactif : maquereaux dans un tambour de machine.

1ère phase : Évaluation des réactions des requins face aux vigies représentées par un mannequin muni d’une caméra.

2ème phase : Évaluation des réactions des requins : interactions Homme/Requin (objectif de 20 interactions).

A ce jour, pas d’interactions avec les requins. Le programme est donc prolongé

Cap Requins : Compréhension de la CAPturabilité des REQUINS côtiers pour une gestion du risque par la pêche professionnelle à Saint Paul (Doc du CRPMEM)

Financement : +160 000€ (dont environ 120 000€ de prestations) hors programme Ciguatera 2. Etat, Conseil Régional de la Réunion, mairie de St Paul

Durée : 6 mois

Objectif : Expérimenter une pêche pour protéger les côtes (pression de pêche). Les différents dispositifs une fois évalués (efficacité) seront utilisés dans le cadre d’une pêche régulière (pêche de régulation).

*Pêches « létales » (=prélèvements) : requins de +2 mètres (Tigres, Bouledogues). Cette pêche alimentera, dans un 1er temps, le programme Ciguatera 2 (90 requins)

*Pêches « non létales » (=marquages) : les requins non ciblés et requins ciblés de -2m sont marqués et relâchés hors de la zone de capture

Mise en œuvre :

*Les engins de pêche utilisés :

-Drumlines dites « intelligentes » (Smart drumline) : en zone côtière, reliées à une bouée GPS (intervention dans les 2h). Actuellement 1 pêcheur

-Palangres de fond (programme West) : éloigné des activités nautiques= pèche de régulation. Actuellement 1 pêcheur

*Les observateurs : Après avoir suivi une formation payante, les observateurs peuvent embarquer sur les bateaux

*Comité scientifique : Émettre un avis indépendant sur la méthode mise en œuvre et sur ses résultats

Mise à jour Août 2014 : le comité scientifique a souhaité quitter ce programme

Bilan à ce jour :

* Cibles :

Requin tigre mâle de 3,19 m et d’un poids de 186 kg, capturé vivant le lundi 21 janvier à 23h44 puis prélevé pour être valorisé dans le cadre du programme de réévaluation du risque sanitaire « Ciguatera 2 »

Requin tigre mâle de 3,53 m et d’un poids estimé de 360 kg, capturé vivant le mardi 22 janvier à 20h58 puis prélevé pour être valorisé dans le cadre du programme de réévaluation du risque sanitaire « Ciguatera 2 »

– Requin tigre femelle, capturé le 23 janvier à 9h00 mais échappé vivant

– Requin tigre mâle de 3,85 m, capturé le 4 février à 5h00 et remonté vivant puis prélevé pour être valorisé dans le cadre du programme de réévaluation du risque sanitaire « Ciguatera 2 »

Requin tigre mâle de 2,80 mètres, capturé le 7 mars à 3h00, et relâché vivant et bien vif, après marquage acoustique externe

-Requin bouledogue mâle de 3 m capturé le 14 février à 1h05 et remonté vivant puis prélevé pour être valorisé dans le cadre du programme de réévaluation du risque sanitaire «Ciguatera 2».

– Requin bouledogue femelle de 2.05 m capturé le 19 mars et prélevé pour être valorisé dans le cadre du programme de réévaluation du risque sanitaire «Ciguatera 2».

-Requin bouledogue femelle de 3 m capturé le 14 avril et prélevé pour être valorisé dans le cadre du programme de réévaluation du risque sanitaire «Ciguatera 2».

Requin bouledogue femelle de 3 m capturé le 28 avril et prélevé pour être valorisé dans le cadre du programme de réévaluation du risque sanitaire «Ciguatera 2».

*Prises accessoires (Liste officielle à Avril 2014):

– Raie guitare de 3,47 m, capturée le 30 janvier à 19h50 puis relâchée vivante après marquage externe (marque « spaghetti » non acoustique)

Raie guitare d’environ 1,50 mètres,  capturée le 18 mars à 17h00, relâchée vivante

– Raie pastenague d’environ 1,20 m, capturée le 24 janvier à 6h25 et relâchée vivante

– Raie pastenague d’environ 1 m, capturée le 27 janvier à 10h20 et relâchée vivante

– Raie pastenague d’environ 1 m capturée le 4 février à 7h02 et relâchée vivante

– Raie pastenague d’environ 1,70 m, capturée le 10 février et relâchée vivante

Raie pastenague d’environ 80 cm capturée le 19 mars à 22h20 et relâchée vivante

Raie pastenague d’environ 1 m, capturée le 25 mars à 21h55 et relâchée vivante

Requin marteau mâle de 2,50 m et d’un poids estimé de moins de 100 kg, capturé vivant le mercredi 22 janvier à 00h09 puis relâché après un marquage externe de type « spaghetti » non acoustique

Requin marteau mâle d’environ 3m, capturé le mercredi 22 janvier à 19h49 mais retrouvé mort malgré l’intervention dans les deux heures après déclenchement de l’alerte. Des échantillons de tissus ont été prélevés sur l’animal pour analyses biologiques et éco-trophiques

Requin marteau halicorne retrouvé mort

Requin nourrice mâle de 3,05m, capturé vivant le mercredi 22 janvier à 20h25 puis relâché après un marquage externe de type « spaghetti » non acoustique

– Requin nourrice fauve mâle d’environ 3,50 m, capturé le 31 janvier 2014 à 19h50 puis relâché vivant après marquage externe (marque « spaghetti » non acoustique)

Carangue gros-tête de 36 kg, capturée vivante le jeudi 16 janvier à 09h40 puis prélevée pour être versée aux échantillons d’analyse sur la déprédation des espèces côtières

– Carangue gros-tête capturée le 28 janvier à 13h15 puis relâchée vivante après marquage externe (marque « spaghetti » non acoustique)

Note de Sauvegarde des requins

Ce programme est mis en œuvre sans protocole «  …Par ailleurs, vous avez souhaité obtenir le protocole du projet expérimental CapRequins, je vous informe que ce document n’existe pas… » (Courrier du Préfet de la Réunion le 13 mars 2014)

La transparence est-elle réellement de mise ?

Pas de compte rendu du Comité scientifique, pas de noms

Les observateurs ne peuvent embarquer sur l’un des 2 bateaux si la clause de confidentialité n’est pas signée. Pourquoi une telle clause ?

Les communiqués sont succincts

Comment les requins sont-ils tués après capture?

Quels sont réellement les objectifs de ce programme ?

« Il permettra d’amorcer la seconde phase du programme de réévaluation du risque Ciguatera » Préfet de la Réunion « La gestion du risque requin à la Réunion, 27 janv 2014 »

 « Le marquage des requins » « Le marquage des requins de récifs afin de les réintroduire », il n’existe pas de protocole scientifique concernant ces marquages. Ces marquages ne serviraient-ils pas à « justifier » les prises accessoires ?

Pour réintroduire les requins de récifs, il serait intéressant de connaître les causes de leur départ (sans prendre comme bouc émissaire le requin bouledogue). De plus, pourquoi ne pas mettre en place un programme de marquage (comme pour CHARC), avec protocole et suivi scientifique ?

« Les drumlines dissuadent les requins de s’approcher » : A l’heure actuelle rien ne corrobore cette hypothèse. Les drumlines sont appâtées pour justement attirer les requins pour les capturer. De plus, les prises deviennent des proies potentielles pour les requins.

« Expérimenter une pêche pour protéger les côtes (pression de pêche). Les différents dispositifs une fois évalués (efficacité) seront utilisés dans le cadre d’une pêche régulière (pêche de régulation). » (CRPMEM)

C’est bien le seul objectif de ce programme : mettre en place des engins de pêches efficaces pour pêcher un maximum de requins (et de prises accessoires)

Quels sont les acteurs de ce programme ?

Toujours les mêmes et seuls 2 pécheurs jouissent actuellement de ce programme

Les prises accessoires

« Le taux de survie global après capture sur les « smart drumlines » a ainsi été réévalué à 91% depuis le lancement de CAPREQUINS. Sur les 23 animaux capturés, seuls deux requins marteau halicorne ont été retrouvés morts après déclenchement. » Espèce classée EN DANGER sur la liste rouge de l’ IUCN

 « Des prises accessoires sont victimes de « déprédation » (prises mangées) » (information et photos du CRPMEM) or ces dernières n’apparaissent pas sur la liste « officielles ». Les associations de protection de requins l’ont  souligné à plusieurs reprises, les drumlines attirent les prédateurs ; les poissons piégés par les drumlines deviennent  alors des proies.

L’avenir de ce programme

La finalité est d’étendre ces engins de pêche sur d’autres zones et ce dans le cadre d’une pêche régulière. Or, sera-t-il encore possible de parler de « drumlines intelligentes » ? Qui les financera ? Qui financera l’intervention des pêcheurs dans les 2H pour relâcher les prises accessoires? Ce programme risque d’être repris mais en simple drumlines avec toutes les conséquences écologiques qui en résultent…

 

Drumlines "intelligentes"

Drumlines « intelligentes »

0975706001381746958

IV) A suivre        

D’autres dispositifs dits « innovants » sont actuellement proposés : barrière, pistolet répulsif…

Le coût des dispositifs sera-t-il amorti par le chiffre d’affaires engendré par les activités aujourd’hui touchées par la « crise requin », lorsque ces dernières seront de nouveau autorisées ?

Est-ce réellement la préoccupation première de l’ensemble des réunionnais (840 000 habitants), avec un taux de chômage surfant avec les 30% et ce, bien avant cette « crise » ?

Les dispositifs actuellement mis en place ne s’attaquent qu’aux conséquences et non aux causes (à l’exception du programme CHARC). A quand une prise de conscience de la part des autorités pour établir les causes et y remédier ?

Juillet 2014 : A ce jour, les communiqués de presse ne sont plus « communiqués » via le site internet dédié à cette « crise requin »

Pour rappel : communiqué de presse du 05 février : 

*Ouverture du site internet « requins »

Développé par les services de l’Etat (direction de la Mer Sud Océan Indien, direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement, direction de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion sociale et Préfecture), un site Internet dédié à l’information sur le risque requin a été ouvert le 01 octobre 2013.

Pleinement opérationnel, ce site présente les dernières informations disponibles relatives aux démarches de réduction du risque requin à La Réunion, dans l’ensemble des domaines. »

Article de Sauvegarde des requins, mai 2014