Île de la Réunion : Lettre ouverte aux mairies

Par défaut

Lettre ouverte aux mairies qui mettront les baigneurs et surfers en danger en croyant payer pour leur sécurité.

Dans le souci louable de protéger leurs administrés, les mairies de ST Pierre , St Leu, Saint Benoit, Saint Paul et Etang Salé ont manifesté l’intention de financer la pose de drum lines .

Ces mairies ont été semble-t-il été abusées quant au rôle de ces engins de pêche.

Les maires doivent savoir que Cap requin 2 ne vise aucunement à la sécurisation des zones balnéaires : Cap Requin 2 ,d’un coût de 900 000 euros, n’est qu’une prétendue « étude » quant à la possibilité de capturer des requins avec ces engins de pêche, pourtant bien connus ;

Le Comité des Pêches est dans l’impossibilité de dire comment il prétend sécuriser les zones balnéaires ; Il se contente de jouer sur la confusion entre un engin de pêche, la « drumline » et la sécurisation.

Mais le Comité des Pêches n’engage pas sa responsabilité : c’est la responsabilité des maires qui se trouve engagée .

Il suffirait aux maires, pour être fixés ,de demander au Comité des Pêches : « les gens pourront ils utiliser les plages et spots de surf en sécurité, une fois les drum lines installées » ? .

La réponse du Comité des Pêches sera édifiante .Comment pourrait il prétendre sécuriser les plages avec des drum lines ?

En Afrique du Sud, les drum lines sont utilisées pour réduire les populations résidentes de requins dangereux de façon à rendre la rencontre improbable ;
A la Réunion Les études scientifiques ont commencé à montrer une circulation des requins entre la Réunion et les régions voisines.
il est donc impossible de prétendre réduire cette population de requins si d’autres viennent les remplacer .

Au vu des analyses des stations d’écoute, le comité des pêches a été obligé de revenir piteusement sur le concept d’effarouchement dont il avait fait pourtant son cheval de bataille.

Pire encore , suite à une défaillance de l’engin d’alerte, deux requins pris sur les drumlines de Cap ont été dévorés par d’autres requins
Ces requins pris sont devenus d’énormes appâts attirant en fait d’autres requins vers les zones que ces drumlines sont censées protéger .

Même si une équipe intervient rapidement pour retirer le requin pris, personne ne pourra dire combien de requins auront été attirés pour le dévorer,
les requins ainsi attirés près des plages constituent de facto une menace potentielle pour les baigneurs et surfers, soit l’opposé de ce qui est recherché ….et ce n’est pas le Comité des Pêches qui en portera la responsabilité

Nous invitons les maires à visionner ce film qui montre , à partir de 1minute 10, des requins excités se regroupant pour manger un requin mort
Les maires prendront ainsi conscience du risque que la pose de drums lines près des plages de leur commune fait courir aux usagers de la mer .

Dr Jean Bernard Galvès
Porte parole et représentant au CO4R du collectif ASPAS, Fondation Brigitte Bardot, Longitude 181, Requin Intégration, Sauvegarde des Requins, Vague, Sea Shepherd .

(

0975706001381746958

Les commentaires sont fermés.