Requins : le maire de St-Leu perd au tribunal administratif contre les association ASPAS, Longitude 181 et Sea Shepherd

Par défaut

C’est une victoire symbolique et importante que viennent de remporter les associations ASPAS, Longitude 181 et Sea Shepherd devant le tribunal administratif de St-Denis face au maire de St-Leu.
En mai 2013 , le maire de St-Leu avait pris un arrêté autorisant la pêche des requins bouledogues sur  tout le territoire maritime de la commune .Cet arrêté avait été suspendu dés juin 2013 dans le cadre d’un référé suspension
L’arrêté du maire est désormais définitivement annulé par le tribunal administratif, dans un jugement en date du 8 janvier.
Ce jugement donne raison aux associations ASPAS, longitude 181 et Sea Shepherd : le maire ne peut décider d’autoriser la pêche dans le territoire de la réserve marine.

La formule rituelle qui conclut le jugement prête à sourire car elle prend ici une saveur toute particulière :

« La République mande et ordonne au préfet de pourvoir à l’exécution de la présente décision  »

A l’heure où differentes communes s’engagent dans des projets plus ou moins fantaisistes en rapport avec le risque requin, cette décision de justice rappelle utilement aux maires les limites de leurs compétences dans le domaine maritime.

Celles-ci ne peuvent s’exercer dans la réserve marine …. ni d’ailleurs au delà de la bande des 300m.
Notre collectif ne doute pas que le préfet saura en la matière faire respecter les lois de la République, comme il saura faire retirer la drum-line prévue à Boucan en zone de protection renforcée de la réserve .

Jean Bernard Galvès , porte parole du collectif

ASPAS, Fondation Brigitte Bardot, Longitude 181, Requin Intégration, Sauvegarde des Requins, Sea Shepherd , Tendua, Vague

REKPRELEVEBON-6103c-d1b06-2-782c8

NON à l’octroi de 8 millions d’euros par l’Europe à l’Etat français pour tuer des requins à La Réunion

Les commentaires sont fermés.