Archives de Catégorie: Requins en danger

En construction

Île de la Réunion : Il y a remplacement et déplacement des requins, pas prolifération

Par défaut
Île de la Réunion : Il y a remplacement et déplacement des requins, pas prolifération

Communiqué de presse

La Réunion, le 03/05/2017

C’est avec une infinie tristesse que nous saluons la mémoire d’Adrien et présentons à sa famille et amis nos plus sincères condoléances .Nous savons qu’Adrien était quelqu’un de bien et qu’il manquera à tous ceux qui l’ont connu.

Nous ne jugeons pas ceux, qui, au nom de leur passion, veulent transgresser les règles; Nous leur disons: soyez prudents, aucune passion ne mérite que l’on meure pour quelques instants intenses et vous en aurez tellement d’autres à vivre. Pensez à ceux qui vous aiment.

Personne n’a à l’heure actuelle de solution efficace à cette crise bouledogue et ceux qui le prétendent vous ont menti, pour le motif le plus sordide: l’argent .

Le Natal Shark Board , l’étude IFREMER de 1997, les spécialistes des requins  et même le Conseil d’Etat disent  « il ne peut y avoir régulation que si les requins sont sédentaires et non remplacés ».
Dans un milieu ouvert sur le large, comme la Réunion, les requins tués sont rapidement remplacés par d’autres requins de passage. Il n’y a non pas prolifération mais remplacement au fur et à mesure de leur pêche.
Les derniers accidents, après des années d’une pêche intensive ont démontrés de manière atroce,ce que l’on savait dés le commencement : une pêche de régulation ne sert à rien en milieu ouvert.
La génétique, les observations et les balises utilisées nous ont confirmé la circulation des requins entre la Réunion, l’Afrique, Madagascar. Le Natal Shark Board lui même le dit: lorsque les requins circulent, seul un système d’enclos pourrait être efficace..Encore faut il qu’il soit fiable.
Lors du dernier C4R, Monsieur le Préfet a été dans l’incapacité d’expliquer comment la régulation pouvait être possible et efficace dans les conditions de la Réunion, mais fait jeter des millions d’euros d’argent public à la mer.
On se contente de l’incantation « la pêche, la pêche » qui doit tout régler ; Dans le raisonnement magique,on pourrait tout aussi bien égorger un coq noir.

A la Réunion, prés de 300 requins tigres et bouledogues ont été massacrés sur quelques kilomètres et on a toujours plus d’accidents.
D’autres requins ont remplacé au fur et à mesure les requins tués.

Les auteurs de Cap requins n’ont pas cherché une solution. ils ont juste amorcé une pompe à fric qui ne s’arrêtera que quand il n’y aura plus de requins dans l’Océan Indien. Qu’ils nous expliquent pourquoi, dans le même temps l’Afrique du Sud en a tué 8 fois moins, sur 10 fois plus de longueur de côte? De plus les quelques requins ont été tués accidentellement car l’Afrique du Sud relâche systématiquement tous les requins pris vivants depuis 1989. Pourquoi massacrons-nous des requins à La Réunion alors que les Sud africains seraient en sécurité en les relâchant?

Nous avons « un problème » de bouledogues. Un seul accident en 20 ans a impliqué un tigre attiré par des appâts et déchets. Pourquoi pas moins de 6 requins tigres, faciles à pêcher et grands voyageurs ,ont-ils été massacrés 4 jours avant l’accident et des centaines de kilos d’appâts balancés à la mer.

Y aurait il une relation de cause à effet?
Personne à Cap requins ne se demande si tuer les tigres et balancer autant d’appâts ne détruirait pas un équilibre et faciliterait la prééminence des bouledogues. En plus de cette « régulation » inefficace mais très coûteuse,financièrement et écologiquement, on prétend ajouter une deuxième ligne d’appâts prés des baigneurs et surfers, histoire d’en rapprocher davantage les requins. La pêche post attaque de Saint André a pourtant clairement montré qu’un requin attiré par les appâts est resté en surface sans pouvoir être pêché

En toute honnêteté, le nouveau CRPEM, dont la responsabilité pourrait être soulevée en cas d’accident, ne prétend absolument pas avoir la capacité pêcher tous les requins attirés prés des côtes par les appâts et prises diverses.

On « régule » donc des requins qu’on ne peut pas réguler car ils sont remplacés , on en attire d’autres prés des plages alors qu’on n’est pas certains de les pêcher et on déséquilibre encore plus l’écosystème en massacrant les tigres alors qu’on a un problème bouledogue ; Voilà la logique de Cap requins

Aucun des concepteurs de Cap Requins n’avait de compétences en matière de requins; Tous se sont improvisés spécialistes d’un animal qu’il n’avait parfois jamais vu quand l’affaire est devenue juteuse. Cette régulation par la pêche pêche est totalement fantaisiste .C’est la délégation anormale d’une mesure de sécurité par l’Etat.

Avec les deux derniers accidents , On en voit le sinistre bilan: la zone où on a le plus massacré de requin au monde ces dernières années sous prétexte de sécurisation est celle où les accidents augmentent !!!

 Va t’on longtemps payer pour ces inepties dont la Réunionnais ne veulent pas et qui déshonorent leur Île ?

C’est le rejet d’eau usées, le basculement des eaux, le ruissellement lié à l’urbanisation, le rejet des déchets qui ont transformé la sèche côte ouest en milieu aussi favorable aux bouledogues que l’était la côte est .

Il est plus facile d’accuser la réserve et de dérégler encore plus l’écosystème que de traiter les vrais problèmes.

Jean Bernard Galvès , porte parole du collectif des associations  : Aspas,Fondation Brigitte Bardot,Longitude181,One voice,Requin Intégration,Sauvegarde des requins, Sea Shepherd ,Tendua,Vagues,

Publicités

Plus de la moitié des espèces de requins, de raies et de chimères de la Méditerranée risquent l’extinction

Par défaut

UICN, Union internationale pour la conservation de la nature- Les résultats de l’évaluation régionale de la mer Méditerranée en 2016, qui inclut 73 espèces de requins, raies et chimères, a lancé un appel urgent pour la conservation de leurs populations et de leurs habitats.

Malgré les mesures adoptées au niveau régional pour réduire la surexploitation des requins au cours des 10 dernières années, la dernière évaluation de la Liste Rouge des requins, raies et chimères de la Mer Méditerranée a révélé qu’au moins 53% d’entre elles sont en danger d’extinction et requièrent des actions concrètes et urgentes afin de conserver l’intégrité de leurs populations et de leurs habitats.

Cette évaluation régionale de 2016 est une mise à jour de la dernière évaluation réalisée par l’UICN il y a une dizaine d’années. Elle inclut 73 espèces de requins, de raies et de chimères et a révélé que la moitié des raies (50%, 16 sur 32 espèces), ainsi que 56% des requins (23 sur 41), sont exposés à un risque élevé d’extinction, tandis que la seule espèce de chimère (Chimaera monstrosa) est considérée comme de Préoccupation mineure dans la région.

En outre, au cours de la dernière moitié du siècle, 13 espèces sont devenues localement éteintes à divers endroits en Méditerranée. Géographiquement, les extinctions locales ont été les plus répandues dans les eaux méditerranéennes du nord-ouest, en Espagne, France et Italie, ainsi que dans les eaux des pays riverains de la mer Adriatique et des pays de l’Afrique du Nord-Ouest. Cette réduction alarmante du nombre d’espèces est liée à une activité de pêche plus intensive et plus particulièrement aux prises accessoires.

“Les gouvernements doivent appuyer le suivi des captures et la collecte des données, réglementer les engins et établir des quotas de pêche et des aires protégées au niveau national. Aussi, les consommateurs doivent être conscients de l’impact sur la faune lié à l’achat de ces produits” dixit Dr. Nick Dulvy, Coprésident du Groupe de Spécialistes des Requins de l’UICN et chercheur à l’université Simon Fraser, Vancouver.

Les anges de mer font partie d’une des familles les plus menacées des chondrichtyens (Squatinidae), ainsi que les poissons-scies (Pristidae) et les guitares de mer (Rhinobatidae).

Cette évaluation a été réalisée en collaboration avec des scientifiques du Groupe de Spécialistes sur les Requins de l’UICN, le Programme mondial sur les espèces de l’UICN et des experts de la région méditerranéenne. Il résume les informations disponibles sur les espèces de chondrichtyens trouvées dans la mer Méditerranée dans le but de promouvoir des actions de conservation pour préserver les poissons menacés.

Cette évaluation a été réalisée grâce à l’Initiative de la Liste Rouge Méditerranéenne, coordonnée par le Centre de Coopération pour la Méditerranée de l’UICN et soutenue par la Fondation MAVA.

Source http://www.iucn.org

Les requins baleine et les requins marteau planeur au bord de l’extinction

Par défaut
Les requins baleine et les requins marteau planeur au bord de l’extinction

Communiqué de presse de UICN, Union internationale pour la conservation de la nature-Traduction Sauvegarde des Requins

08 juillet 2016– De nouvelles évaluations de la Liste rouge de l’UICN révèlent que les pressions humaines croissantes sur les requins baleines, requins marteau planeur placent ces espèces à un risque croissant d’extinction. Ces 2 espèces sont maintenant répertoriées comme espèces menacées d’extinction.

« Il est alarmant de voir ces espèces emblématiques se rapprocher de l’extinction», dit Jane Smart, Directrice du Programme mondial sur les espèces de l’UICN. «Ces nouvelles évaluations de la Liste rouge de l’UICN soulignent combien il est urgent d’agir stratégiquement pour protéger cette incroyable diversité de la vie sur notre planète. Les océans et les forêts du monde ne feront que continuer de nous fournir des ressources de nourriture et d’autres si nous préservons leur capacité à le faire « .

Le nombre de requins baleines (Rhincodon typus), le plus grand poisson vivant dans le monde, a diminué de moitié au cours des 75 dernières années, ces requins continuent à être pêchés et tués par les hélices des navires.

Bien que les mesures de conservation en Inde, aux Philippines et à Taïwan ont mis un terme à  la pêche à grande échelle des requins baleines dans ces pays, ils continuent d’être pêchés dans d’autres endroits, y compris le sud de la Chine et Oman ; comme les requins baleines et thons sont souvent présents ensemble, ils sont fréquemment capturés par les pêcheurs ciblant le thon.

« Alors que le commerce international du requin baleine est réglementé par l’inscription de l’espèce sur la Convention sur le commerce international des espèces menacées (CITES), davantage doit être fait au niveau national pour protéger les requins baleines », dit Simon Pierce, membre de la Commission de la sauvegarde des espèces  de l’UICN(CSE) de Shark Specialist Group (SSG), et co-fondateur de la Fondation « the Marine Megafauna Foundation ».

La pêche non réglementée est également est également responsable du déclin rapide du requin marteau planeur (Eusphyra de blochii), dont la morphologie le rend extrêmement vulnérables à l’enchevêtrement dans les filets de pêche. Cette espèce de requin-marteau est passée de « Quasi menacé » à « en danger » sur la Liste rouge de l’UICN.

Île de la Réunion : la pêche dans la réserve est suspendue

Par défaut
Île de la Réunion : la pêche dans la réserve est suspendue

Communiqué des presse du 13/05/2016

Dans le cadre du programme Cap Requins 2, l’État autorisait la pêche d’un nombre illimité de requins tigres et bouledogues dans l’une des zones les plus protégées de la Réserve naturelle marine de la Réunion, jusqu’au 31 décembre 2016. Saisi par les associations ASPAS, Longitude 181, One Voice et Sea Shepherd, avec la participation de Sauvegarde des requins, Tendua, Vagues, Requin Integration et Fondation Brigitte Bardot.,le Tribunal administratif de Saint-Denis a suspendu cet arrêté et mis fin à cette pêche !

Le juge a considéré que les consultations nécessaires à l’adoption de cet arrêté n’avaient pas été correctement réalisées, ce qui fragilise le fondement scientifique de ces pêches.  En effet, le préfet  n’avait soumis sa décision à aucun conseil scientifique digne de ce nom, de sorte qu’aucun protocole n’encadrait méthodiquement cette pêche.

Une décision antiscientifique

À travers les médias, les scientifiques de la Réserve ont eu l’occasion d’exprimer leur opposition à cette pêche au milieu d’un espace naturel riche toujours en reconstruction et donc particulièrement fragile. De toute évidence, une telle pêche dans un espace protégé va à l’encontre des intérêts écologiques de la réserve qui a pour mission officielle la préservation optimale de toutes les espèces, tant les interrelations sont fortes entre faune piscicole et coraux constructeurs.

Le Comité des pêches est la structure chargée de mener le programme Cap Requins 2. Or ces spécialistes des techniques de pêche, qui ne sont pas des scientifiques, conçoivent le programme, le mettent en œuvre, et le contrôlent. Les conclusions qu’ils tirent de leurs propres analyses ne présentent aucune impartialité ni crédibilité scientifique. C’est pourtant sur la base de ces conclusions que le préfet avait autorisé la capture de requins au cœur d’un espace marin protégé, lui-même précieux pour l’économie et le tourisme.

Une pêche non sélective et des méthodes opaques

Rappelons que de nombreuses espèces de requins, espèces clés dans l’écosystème et les chaînes alimentaires des océans, sont considérées comme menacées par l’UICN. Les capturer sans plus d’étude quant à leur population, leurs mouvements et leurs comportements engendre nécessairement des conséquences néfastes pour l’ensemble de l’équilibre de l’océan, et plus particulièrement pour l’espace côtier réunionnais déjà bien fragilisé.

Les méthodes de pêches utilisées sont des palangres verticales (drum line) où sont accrochés des appâts qui n’attirent pas uniquement les espèces ciblées. Deux tiers des prises réalisées dans le cadre du programme seraient des prises accessoires. Difficile de savoir ce qu’il en est fait, étant donné qu’aucun observateur assermenté et indépendant n’est accepté sur les bateaux de pêche (les propres rapports du Conseil Technique du Comité des pêches avouent certaines difficultés à recueillir les informations). De nombreux animaux en font les frais, comme ce Grand requin blanc, espèce protégée, tué en octobre dernier, faute d’une véritable formation des acteurs du programme et de la présence de personnes compétentes indépendantes à bord.

Une pêche dangereuse, mais lucrative

Selon une logique totalement absurde, le préfet souhaite donc sécuriser les zones d’activités nautiques en attirant des requins près de ces zones ! Cette pêche présente le risque d’attirer des animaux dans un espace qu’ils n’auraient autrement peut-être pas occupé.

Loin de décroître, ce système où argent public et patrimoine naturel sont sacrifiés sur l’autel de l’obscurantisme vient d’être institutionnalisé au sein de l’ACRAR (Association pour le Centre de ressources et d’appui sur le risque requin), une nouvelle association qui, sur la base des anciennes méthodes, permet aux principaux maîtres d’œuvre de ce système absurde de se tailler une belle part du lion. Ceci explique sans doute cela…

Costa Rica : la pêche à l’aileron de requin difficile à éradiquer

Par défaut
Costa Rica : la pêche à l’aileron de requin difficile à éradiquer
De PRI’s The World ©2015 Public Radio International, le 21 janvier 2016. Traduction de Céline pour Sauvegarde des Requins

 

Si vous voulez apprendre comment camoufler des ailerons de requin au Costa Rica, demandez Capitaine José Calderon au port Pacifique de Puntarenas.

« Quand l’inspecteur venait contrôler les congélateurs, raconte Calderon avec un gloussement, ils ne contrôlaient jamais la salle des machines, alors on cachait tous les ailerons dedans. »

Le finning, pratique célèbre qui consiste à attraper un requin, lui couper l’aileron et rejeter le reste à l’eau, vivant, est illégal au Costa Rica depuis 2005.

Mais la loi n’a pas arrêté Calderon. Lorsque les inspecteurs ont vu ce qui se trouvait dans la salle des machines, il a usé d’une tactique plus conventionnelle. Il les a soudoyés. « C’était facile, rigole Calderon, trop facile » Il ajoute également qu’il ne s’occupe plus de pêche au requin dorénavant, mais que la demande pour la soupe d’aileron est forte à Hong Kong, et ceci impacte d’autres zones. Souvent, ces derniers se déplacent jusqu’à Cocos, une île luxuriante à trois cent miles dans le Pacifique qui  donne au Costa Rica l’image d’un des pays des plus écologistes et engagés pour l’environnement. Les eaux riches qui bordent Cocos se situent pourtant dans une aire maritime où la pêche au requin est illégale,mais cela ne change guère le problème.

A son poste aux Cocos, le Ranger Geiner Golfin, une sorte de Fidel Castro, physiquement parlant, est en charge de la protection des eaux territoriales des Cocos. Il montre un gros hameçon qui sert à attraper les requins en expliquant que c’est un des nombreux équipements illicites  et confisqués, qui juste en un seul mois, incluent 200 miles de filets de pêche, et 700 bouées.

En fait, l’équipe de Golfin a recueilli tellement d’engins de pêche illégaux qu’ils ont construit un pont suspendu au dessus du  ruisseau qui passe derrière le poste de garde. Il précise que toutes les cordes,  filets et hameçons sont juste une petite fraction de ce qui se trouve aux alentours, et que sa petite équipe est débordée par toute une flotte de bateaux pirates.

Mais la plus grosse menace, selon lui, est actuellement les pêcheries puissantes du Costa Rica connues sous le nom de INCOPESCA. « Nous ne pouvons pas faire notre travail de rangers, ajoute Golfin, car si je vais à la gestion des pêches et que je dis : ok, nous avons besoin de sanctionner ceci ou cela, ils vont me répondre : oh non, ne faites pas cela, vous allez mettre en difficulté mes bateaux ».

Golfin n’est pas le seul à être désespéré par les agences de pêche, il y a également le vice-ministre des Eaux et Océans du pays, Jose Lino Chaves Lopez qui se bat contre. C’est son travail de protéger la faune et l’environnement marin, mais il dit que c’est difficile car les pêcheries ne partagent pas leurs informations, et légalement elles n’y sont pas obligées. De toute façon elles ne répondent à personne quand on les interroge. Chavez dit qu’il y a un conflit d’intérêts puisqu’il est entouré de personnes qui  viennent de l’industrie de la pêche. D’autres sont plus pointues dans leurs critiques. Ils disent que le premier policier de la pêche du Costa Rica semble souvent préférer protéger les criminels.

Comme l’écologiste Randall Arauz, qui a contribué à faire voter la loi anti-finning. Cette dernière précise que les requins entiers doivent entrer au port, avec leurs ailerons attachés à leur corps, afin de réduire la capacité des bateaux. Arauz dit qu’INCOPESCA semble chercher la petite bête en jouant sur les mots : « oh, attendez une minute ! Selon le dictionnaire, « attachés » signifie que vous pouvez l’enlever et le mettre à nouveau ensemble. « 

Arauz dit également que les inspecteurs ont tendance à regarder ailleurs lorsque les « requins Frankenstein » comme il les appelle, arrivent au port, avec des tas d’ailerons cousus sur juste quelques cadavres. Nous avons amené cette affaire devant le parquet du Costa Rica, rajoute Arauz. Le procureur a indiqué que « les ailerons attachés » signifie « naturellement attachés ». Ce qui a engendré, selon Arauz, que les pêcheurs ont de nouveau trouvé une dérive avec une nouvelle pratique qui consiste à conserver une seule bande de peau pour garder la nageoire attachée à la colonne vertébrale et à rejeter le reste du corps à la mer. Il ajoute également que : « d’avoir INCOPESCA qui régit le problème de la surpêche serait comme de confier une banque de don de sang à Dracula »

Bien évidemment les membres de l’agence ne sont pas de cet avis. Un d’entre eux, Mauricio Gonzalez reconnait qu’il y a une marge d’amélioration mais balaie les inquiétudes des activistes comme Randall Arauz. « Ils se développent sur l’argent étranger», dit Gonzales.  » Plus ils trouvent de problème, plus ils en créent, plus ils gagnent de l’argent « . Les réfractaires disent que Gonzalez lui-même fut une fois impliqué dans la pêche illégale au requin près de Cocos, ce qu’il réfute clairement.

Le ministre des Océans Jose Chaves dit que le gouvernement essaie de minimiser le problème de la pêche au requin, mais admet que les changements.

C’est clairement le cas à Puntarenas, là où Calderon planquait alors son butin illicite. Il n’y a pas longtemps, un thonier déchargea environ une douzaine de requins congelés. Les employés ont balancé les animaux gelés sur les docks et ont récupéré leurs ailerons tandis que l’inspecteur David Casillo contrôlait que les ailerons soient « naturellement attachés » Il est également monté à bord du bateau pour être sûr qu’il n’y restait rien à fond de cale. Tout cela lui a pris moins de cinq minutes. Quelqu’un demanda alors « et la salle des machines, là où Calderon cachait autrefois son butin », « La Salle des machines?  Non, nous n’y allons jamais » répondit Casillo.

Ce reportage a été fait en collaboration avec le réseau Food  & Environment Reporting, Une organisation à but non lucratif, qui investigue et reporte les faits illégaux reportés dans l’industrie alimentaire, agricole et de santé environnementale.

https://sauvegardedesrequins.wordpress.com/2013/11/06/le-costa-rica-utilise-interpol-pour-avertir-dune-nouvelle-pratique-illegale-de-finning/

Les aimants : des pièges pour les requins bleus ?

Par défaut
Les aimants : des pièges pour les requins bleus ?
Jeudi, 22 octobre 2015

Dans un souci de préservation des requins peau bleue, une espèce aujourd’hui presque menacée d’extinction, des chercheurs de l’Institut méditerranéen d’océanographie (MIO/PYTHÉAS, CNRS / AMU / IRD / UTLN) et de l’Institut de recherche sur les phénomènes hors équilibre (IRPHE, AMU / CNRS / École centrale Marseille) se sont intéressés à l’utilisation d’aimants pour limiter leur prise au cours de la pêche à la palangre. Hélas ! Il s’avère que ces aimants attirent les requins peau bleue plutôt qu’ils ne les repoussent.

Requin peau bleue capturé par la palangre de surface en Atlantique Nord-Est. © Sébastien Biton Porsmoguer

Fortement exploité depuis plusieurs années par rapport à son abondance dans l’Atlantique Nord, le requin peau bleue (Prionace glauca) est une espèce presque menacée d’extinction (statut IUCN 2013). Il constitue en effet l’une des principales prises de la pêche à la palangre(1) que mènent les armateurs espagnols et portugais dans l’Atlantique Nord, même lorsqu’il n’est pas l’espèce ciblée par les pêcheurs qui préféreraient trouver sur leurs hameçons, pour des raisons de rentabilité, des espadons ou des thons.

Les requins sont dotés d’un organe électro-sensoriel appelé ampoules de Lorenzini, constitué d’un système complexe de capteurs reliés à des récepteurs positionnés autour de leur museau et de leur tête et capables de détecter les ondes électromagnétiques. Du fait que tout être vivant émet un faible champ magnétique, les requins peuvent ainsi localiser leurs proies.

Des chercheurs ayant remarqué de manière fortuite en laboratoire que leur requin cherchait à fuir un aimant placé près de lui, des tests ont été réalisés avec différentes espèces de requins. Il s’avère que ce comportement vis-à-vis des aimants n’est pas le même pour toutes les espèces. Qu’en est-il pour le requin peau bleue ? Ce requin ne pouvant vivre en captivité, son comportement n’a jamais été testé. Se pourrait-il que les aimants fassent fuir ces requins et puissent ainsi être utilisés dans la pêche à la palangre pour en limiter la prise ?

Position de l´aimant sur l´hameçon. © Christophe Almarcha

C’est à cette question que des chercheurs du MIO et de l’IRPHE ont cherché à répondre en testant pendant 3 jours, dans des conditions réelles de pêche à la palangre, l’effet de deux modèles d’aimants en néodyme, à haute résistance dans le temps et à puissance magnétique élevée, mais de taille différente. Un hameçon sur deux a été équipé d’un aimant. La palangre a été divisée en trois zones qui ont été plongées dans l’eau successivement, de manière à pouvoir étudier trois durées d’immersion.

Ces tests ont permis de montrer que, quelle que soit la durée d’immersion des hameçons, les captures de requins peau bleue étaient plus élevées au niveau des hameçons munis d’aimants qu’au niveau des hameçons sans aimant, et d’autant plus élevées que l’aimant utilisé était plus grand et donc plus puissant. Ainsi, les aimants auraient un effet attractif sur les requins peau bleue et leur utilisation dans la pêche à la palangre ne pourrait que les piéger !
En outre, les mesures physiques réalisées durant cette étude ont révélé un aspect pratique important à prendre en compte : à leur sortie de l´usine de fabrication, les hameçons sont déjà légèrement aimantés et pourraient donc attirer le requin peau bleue, même en l’absence d’aimant !

Note(s): 
  1. La palangre de surface est une ligne-mère de 50-90 km de long sur laquelle sont fixées des lignes dotées à leur extrémité d´un hameçon et d´un appât, qui est plongée dans l’eau à une profondeur de 20 m environ.
Source(s): 

Hooks equipped with magnets can increase catches of blue shark (Prionace glauca) by longline fishery S. Biton Porsmoguer, D. Banaru, C. F. Boudouresque, I. Dekeyser, C. Almarcha, Fisheries Research, 172 (2015) 345–351

Indonésie : 3000 nageoires de requins saisies

Par défaut
Credit photo : AFP

Credit phot : AFP

AFP- Environ 3000 nageoires de requins qui devaient quitter illégalement l’Indonésie pour être revendues à Hong Kong ont été saisies par les autorités de l’archipel, a indiqué mercredi un responsable.

Ces nageoires de requin océanique, une espèce protégée en Indonésie et interdite à l’exportation, ont été saisies la semaine dernière à l’aéroport international Soekarno-Hatta près de Jakarta, a déclaré à l’AFP le chef de l’agence nationale d’inspection des poissons, Rusnanto, qui n’a qu’un patronyme comme nombre d’Indonésiens.

«La saisie est estimée à un milliard de roupies (64’000 euros) ici, mais à Hong Kong ces nageoires auraient pu être revendues pour plusieurs fois ce montant à des gens riches qui apprécient leur valeur nutritive et les considèrent comme de fins mets», a-t-il ajouté.

Hong Kong est l’un des plus grands marchés au monde pour les ailerons de requins, qui sont souvent servis sous forme de soupe à des banquets chinois très onéreux.

Les requins ont été pêchés dans les eaux autour de la grande île de Java, et la société qui souhaitait les exporter fait l’objet d’une enquête, selon le responsable.

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a depuis longtemps tiré la sonnette d’alarme sur la pêche au requin en Indonésie, dont la population ne cesse de décliner dans ce pays d’Asie du Sud-Est aux 17 000 îles et îlots.

Agence France Presse

This photo taken on October 5, 2015 shows Indonesian customs and quarantine officers inspecting some 3,000 pieces of sharks fin seized at the Soekarno-Hatta airport in the Tangerang district suburb of Jakarta, intended for shipment to Hong Kong. Indonesian authorities haved seized about 3,000 fins from a threatened shark species that were destined to be flown to Hong Kong, an official said on October 7. The fins from the "carcharhinus longimanus" species, weighing 600 kilogrammes and packed into 24 boxes, were confiscated along with fins from other shark species last week, the national fish quarantine agency chief told AFP.       AFP PHOTO / BIMA SAKTI

This photo taken on October 5, 2015 shows Indonesian customs and quarantine officers inspecting some 3,000 pieces of sharks fin seized at the Soekarno-Hatta airport in the Tangerang district suburb of Jakarta, intended for shipment to Hong Kong. Indonesian authorities haved seized about 3,000 fins from a threatened shark species that were destined to be flown to Hong Kong, an official said on October 7. The fins from the « carcharhinus longimanus » species, weighing 600 kilogrammes and packed into 24 boxes, were confiscated along with fins from other shark species last week, the national fish quarantine agency chief told AFP. AFP PHOTO / BIMA SAKTI

J’accuse…

Par défaut
J’accuse…

Île de la Réunion, le 30 septembre 2015

J’ACCUSE ou questions à Monsieur le Préfet

Des  apnéistes qui fréquentent intensément le Cap La Houssaye depuis des années y ont filmé pour la première fois un requin bouledogue.

La carte des prélèvements 2014  fournie par la préfecture montre que cet endroit est exactement au centre de la zone qui a été le plus appâtée et pêchée au monde sous prétexte de sécurisation.

La carte 2015 montre qu’avec Cap Requin 2, cette pêche a été intensifiée et  rapprochée du bord.

Dès le lancement de Cap requin2, deux  tragiques accidents se sont produits, juste à côté des emplacements  appâtés.

Les apnéistes viennent d’observer un bouledogue où il n’en avait jamais vu, au centre exact  de la zone où on pêche le requin depuis plus d’un an !!

La conclusion est que plus on pêche et appâte, plus on voit de requins !

Ce requin qui n’a pas été pris  a été attiré à la côte par les appâts des drumlines et palangres de fond , qui ont multiplié par VINGT CINQ la quantité d’appâts utilisés par ligne !!!.

Avec l’extension du programme Cap requin 2, c’est par PLUSIEURS CENTAINES  que la quantité totale d’appât a été multipliée près des côtes réunionnaises !!

Il est très dangereux d’appâter les requins près des côtes et personne de sensé ne croit honnêtement que l’on puisse sécuriser l’Océan immense qui entoure notre ile minuscule avec quelques pêches.

Victimes de la majorité des accidents, les surfers sont aussi les premières victimes  de ces programmes mensongers qui les mettent davantage en danger.

J’ACCUSE le programme Cap requin 2, qui n’a reçu aucune validation scientifique de mettre en danger les baigneurs et surfers et de ne servir qu’à apporter une rente de centaine des milliers d’euros au comité des pêches, et une carrière inespérée à quelques fonctionnaires.

Monsieur le Préfet,si vous croyez vraiment à leur efficacité,  vous voudrez bien nous expliquer comment ces pêches peuvent sécuriser un milieu ouvert où les requins circulent , et t  à quelles conditions vous considèrerez que ces pêches ont rendu l’Océan suffisamment sur pour que vous y autorisiez la baignade et le surf .

Votre silence serait, Monsieur le Préfet, la plus éloquente des réponses.

Jean Bernard Galvès

Porte-parole du collectif des associations Aspas , fondation Brigitte Bardot, Longitude 181, Requin Intégration, Sauvegarde des requins, Sea Shepherd, Tendua ,Vagues,

Prélèvements 2015

Prélèvements 2015

Prélèvements 2014

Prélèvements 2014

En Indonésie, la chasse aux requins est un business juteux

Par défaut

Bien que certains squales soient protégés, les chasseurs indonésiens pratiquent une chasse intense. Les ailerons de requins valent en effet une fortune.

Reportage de France 2
http://api.dmcloud.net/player/embed/4e7343f894a6f677b10006b4/556cb08406361d5c6cc8c4b7/f95a10bda83c4f39ae1ebac0ed7a6af4?exported=1 » target= »_blank »>ARTICLESur l’île de Lombok, en Indonésie, la chasse aux requins est une activité intense. Et pour cause, le requin est une marchandise très prisée car très rentable. Un pêcheur touche 1 million de roupies par squale pêché, soit un peu moins de 100 euros. En Indonésie, c’est une somme très importante.

L’aileron, un produit de luxe exporté en Chine

Chaque année, 110 000 tonnes sont pêchées en Indonésie, premier pays chasseur de requins au monde. Suhadang, négociant, explique à France 2 : « La viande peut valoir 1,50 euro par kilo. La peau peut être utilisée une fois séchée. Son prix est de 10 euros par kilo. Les ailerons, c’est ce qui vaut le plus cher. » En effet, le kilo d’ailerons vaut 270 euros, plus que le salaire mensuel d’un policier.

Les ailerons sont presque tous exportés en Chine, où ils sont considérés comme un produit de luxe aux vertus thérapeutiques. À cause de cette croyance infondée, plusieurs espèces de requin sont menacées d’extinction.

L’Equateur saisit 200.000 ailerons de requin, 3 trafiquants arrêtés

Par défaut

QUITO (AFP) – Le gouvernement équatorien a annoncé la saisie de quelque 200.000 ailerons de requin et l’arrestation de trois trafiquants à Manta (ouest), principal port de pêche du pays.

Le ministre de l’Intérieur Jose Serrano a annoncé la saisie sur Twitter, postant des photos de milliers de ces ailerons de couleur sombre, très prisés en Asie où ils sont utilisés dans la cuisine et dans la médecine traditionnelle.

Les autorités ont indiqué qu’au moins 300.000 requins avait été tués par les trafiquants, estimant qu’il s’agissait d’un des crimes les plus graves contre l’environnement dans le pays au cours des dernières années.

Les ailerons ont été saisis en plusieurs opérations dans la ville portuaire de Manta.

La loi équatorienne interdit la pêche au requin depuis 2007. La pêche aux ailerons, dite finning, est une pratique consistant à capturer des requins pour leur couper les ailerons avant de les rejeter mutilés à la mer où ils meurent.

© 2015 AFP